Après la pilule. Le choix contraceptif des jeunes femmes à l’épreuve du rejet des hormones

EN SAVOIR PLUS / https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2024-1-page-87.htm


Introduction : Si la pilule demeure, en France, le moyen de contraception le plus utilisé par les jeunes femmes, on remarque depuis les années 2000 une diminution de cette utilisation et un questionnement quant à sa centralité dans la norme contraceptive. Ces remises en cause s’inscrivent dans une montée de ce que l’on peut qualifier de climat de défiance envers les méthodes hormonales.

But de l’étude : À partir de l’analyse d’un corpus de 21 entretiens portant sur le choix en matière de contraception menés auprès de femmes ayant entre 20 et 28 ans, cet article vise à renseigner les modalités d’expression du rejet des hormones et à déterminer ses effets concrets sur leur choix contraceptif.

Résultats : L’enquête montre la prévalence parmi les jeunes femmes interrogées d’une méfiance à l’égard des hormones, qui s’ancre rarement dans leur expérience contraceptive mais semble, à l’exception de certains cas, plus diffuse. Elle est surtout mobilisée par les femmes lorsqu’il s’agit de justifier l’arrêt de la pilule, dont la prise en charge matérielle devient de plus en plus pesante pour elles au fil des années. Finalement, les femmes qui rejettent l’utilisation des hormones continuent très majoritairement à utiliser une contraception médicalisée, y compris une contraception hormonale, à partir du moment où son usage est jugé plus facile que celui de la pilule.

Conclusions : En remettant en cause la contraception hormonale, et plus précisément la pilule, c’est surtout le manque de choix que dénoncent les jeunes femmes : il ne s’agit pas de revendiquer moins de contraception, mais une contraception plus adaptée à leurs besoins.


#promotiondelasanté #promotiondelasante #prévention #prevention #pratiquesensanté #medicosocial #essms #médicosocial #pratiquesensante #danieloberlé #danieloberle


Se connecter pour laisser un commentaire.