Plus exposés mais aussi plus fragiles, les jeunes enfants des ménages modestes sont les plus affectés par la pollution de l’air

4 janvier 2024 par
Plus exposés mais aussi plus fragiles, les jeunes enfants des ménages modestes sont les plus affectés par la pollution de l’air
Daniel Oberlé

EN SAVOIR PLUS / https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2024-01/ER1292EMBMAJ.pdf


La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie une étude sur les inégalités de santé chez les jeunes enfants en lien avec la pollution de l’air. Au-delà des différences d’exposition, qui sont en défaveur à la fois des jeunes enfants des ménages les plus aisés et des ménages les plus modestes, il existe de fortes disparités de vulnérabilité vis-à-vis de la pollution de l’air. 10 % des enfants concentrent l’essentiel des effets observables lors d’une augmentation de l’exposition à la pollution de l’air avant leur premier anniversaire, via le recours aux soins en lien avec certaines pathologies respiratoires. Plus souvent dans un moins bon état de santé à la naissance, ils ne sont pas répartis de façon égale sur l’échelle de niveaux de vie des parents : parmi ces enfants les plus affectés, le dixième le plus modeste est 1,6 fois plus représenté que le dixième le plus aisé.