Le droit à l'alimentation et la lutte contre la précarité alimentaire en France

 Le défi alimentaire s’impose comme un enjeu majeur du XXIe siècle face auquel la matière juridique reste balbutiante. A la suite des travaux d’Amartya Sen montrant que la faim peut résulter de la pauvreté et non de la disponibilité alimentaire, le droit à l’alimentation se pose comme objectif et moyen de garantir un accès digne à une nourriture disponible et adéquate. Or il est étonnant de constater le peu de considération dont fait l’objet ce droit de l’Homme dans les pays dits développés alors que ces derniers ne font pas exception aux problèmes de faim et de malnutrition. Ainsi, en France, l’accès à l’alimentation fait l’objet d’une faible protection juridique et les mesures prises face à la précarité alimentaire s’inscrivent surtout dans le cadre de l’aide alimentaire. Cette recherche s’articule autour de la question de l’intérêt et de la spécificité d’une approche fondée sur le droit à l’alimentation pour lutter contre la précarité alimentaire, par rapport au droit et aux politiques actuelles en France. Le cadre de l’analyse s’inscrit dans le contexte français pour répondre à ce questionnement mais il reprend celui posé par la doctrine en droit international ; il pourrait s’appliquer à l’ensemble des pays du Nord puisqu’aucun d’entre eux n’a encore consacré ce droit de l’Homme en droit interne. Il s’agit donc de s’interroger sur le besoin de la formulation du droit à l’alimentation en tant que droit autonome pour assurer sa concrétisation, au regard des besoins des personnes victimes de faim et de malnutrition. Plus particulièrement ces questionnements conduisent à rechercher à la fois la plus-value d’une approche fondée sur le terrain juridique plutôt que des objectifs politiques de lutte contre la précarité alimentaire, l’intérêt de la reconnaissance et de la mise en œuvre du droit à l’alimentation par rapport à des droits qui lui sont connexes et les particularités d’une approche fondée sur le droit à l’alimentation par rapport à une réponse caritative, pour lutter contre la précarité alimentaire. A ce titre, il importe de revenir sur la définition de l’objet de ce droit. En effet, un pan important du contenu du droit à l’alimentation reste encore mal considéré, tant au niveau international que dans le droit positif français, à savoir les dimensions sociales, culturelles et politiques de l’accès à l’alimentation. Or la démonstration de l’intérêt, voire de la nécessité, de la reconnaissance et de la mise en œuvre du droit à l’alimentation en France, repose sur la prise en considération de ce contenu.

EN SAVOIR PLUS / https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03639344v1