Activité physique et sédentarité des enfants : mieix compendre pour mieux agir - ONAPS

EN SAVOIR PLUS / https://onaps.fr/wp-content/uploads/2022/10/RC_2022-web-vflight.pdf


...« Notre héritage génétique nous condamne à l’activité » avait coutume de répéter Per-Olof Åstrand, Professeur de physiologie à Stockholm en Suède, un des pays à la pointe des politiques de prévention. La pandémie n’est qu’une brique de plus ôtée à un édifice qui n’a fait que se fragiliser depuis plusieurs décennies où vie professionnelle, loisirs et transports deviennent chaque jour un peu plus passifs. La capacité cardiorespiratoire des enfants d’aujourd’hui est plus faible que celle de leurs parents et grandsparents au même âge et les conséquences sont bien davantage que la seule hausse de la prévalence des maladies cardiovasculaires ou du diabète. Ainsi, il existe par exemple un lien direct entre les niveaux de sédentarité et d’inactivité d’une part et la santé mentale, la dépression, la fatigue et la qualité de vie, d’autre part. Finalement, la question posée d’emblée dans le RC2022 demeure : et si la promotion de l’activité physique et la lutte contre la sédentarité devenaient une grande cause nationale ? Il va bien falloir que (tout) le monde médical et les responsables politiques prennent conscience que la pandémie a fini de nous faire basculer dans une société où poser la question, c’est déjà y répondre tant les données objectives sont accablantes. En particulier pour les jeunes générations....


#promotiondelasanté #promotiondelasante #prévention #prevention #politiquedesante  #medicosocial #essms #médicosocial #accesauxsoins #handicaps #personnesagées #jeunes #pratiquesensante #danieloberlé #danieloberle #pratiquesensanté #ONAPS

Se connecter pour laisser un commentaire.